TACBI dénonce les arrestations arbitraires des militants de BDS-Egypte Ramy Shaath et Mohamed Al-Masri

Soumis par admin le mar 29/10/2019 - 11:28
Ramy-Shaath-Mohamed-al-Masri
Auteur

La Campagne Tunisienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (TACBI) dénonce fermement les arrestations et détentions arbitraires des responsables et militants de la Campagne BSD-Egypte, Ramy Shaath et Mohamed Al-Masri, et la déportation arbitraire de force d’Égypte vers la France de Céline Lebrun Shaath, la femme de Ramy.

Ramy Shaath est un opposant politique ayant la double nationalité palestino-égyptienne. Il a rejoint la coalition de militants qui a organisé le soulèvement populaire de janvier 2011 qui a conduit au départ du président égyptien Moubarak et a joué un rôle important dans la transition démocratique du pays, notamment au sein du parti El-Dostour. En outre, il est coordinateur du mouvement Boycott, Désinvestissement, Sanctions (BDS) contre Israël en Égypte depuis 2015, à l’appui des droits inaliénables du Peuple palestinien. Il est également le fils de Nabil Shaath, ancien vice-premier ministre palestinien et actuel conseiller aux affaires étrangères du président Mahmoud Abbas en Palestine.

Ramy Shaath est détenu arbitrairement depuis le 5 juillet 2019, date à laquelle une douzaine d’agents de sécurité lourdement armés ont pris d’assaut son domicile durant la nuit et l’ont fouillé sans présenter aucun document légal justifiant leur intervention. Ils l'ont emmené dans un endroit inconnu. Sa détention a été depuis renouvelée par les autorités égyptiennes huit fois, dans l'attente des conclusions d'une enquête sur des charges, dénuées de fondement, d'« assistance à un groupe terroriste ».

Amnesty International considère Ramy Shaath comme un prisonnier d'opinion. Elle a appelé les autorités égyptiennes à le libérer immédiatement et sans condition. La FIDH, l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) et l’Institut du Caire pour les études de droits humains (CIHRS) ont exhorté les autorités égyptiennes à libérer immédiatement Ramy Shaath, étant donné l’absence d’accusations fondées sur des preuves solides contre lui, et à permettre à sa femme de retourner au Caire dès que possible.

Mohamed al-Masri est un militant politique et membre du Comité supérieur du parti centriste Strong Egypt, l'un des nombreux partis qui ont pris part à la déclaration fondatrice du mouvement BDS Egypte et au sein duquel il défend les droits du peuple palestinien.

Après une disparition qui a duré environ 20 jours, Mohamed al-Masri  a été présenté devant la cours suprême de la sécurité de l’État et accusé de publication de « fausses nouvelles », dans une affaire entièrement fabriquée impliquant aussi le professeur de sciences politiques Hassan Nafaa, l'avocate Mahinor Masri et la militante politique Esraa Abdel Fattah.

Ramy Shaath et Mohamed Al-Masri rejoignent ainsi des centaines de militants et de défenseurs des droits humains arrêtés en Égypte. Ces arrestations visent à :

1- réprimer l’exercice du droit à la liberté d’opinion et d’expression, même lorsqu'il s'agit de dénoncer les violations par Israël des droits inaliénables du Peuple palestinien;

2- à entraver les actions militantes et pacifiques de lutte contre la normalisation avec le régime d'occupation, de colonisation et d'apartheid israéliens;

3- et à intimider toutes les velléités d’émancipation du peuple frère égyptien.

Elles s’ajoutent aux nombreuses exactions du régime égyptien qui ont été dénoncées par la récente Résolution du Parlement européen du 24 octobre 2019. 

TACBI exige la libération immédiate et sans condition de Rami Shaath et Mohammed Al-Masri. Elle tient le ministère égyptien de l'Intérieur et le procureur général pleinement responsables de leur sécurité.

La Campagne Tunisienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël (TACBI)