L'Union générale tunisienne du travail rejoint le mouvement BDS

Soumis par admin le dim 20/05/2018 - 06:37
UGTT-Palestine
Auteur

Communiqué de l'UGTT du 15 mai 2018

L’Union générale tunisienne du travail (UGTT) commémore avec le peuple palestinien, ainsi qu’avec toute la nation arabe et l’ensemble de l’humanité, les 70 ans de la Nakba palestinienne et arabe. Le 15 mai 1948, en effet, les gangs sionistes soutenus par les forces colonialistes et impérialistes dans le monde, ont perpétré le plus grand des crimes racistes à l’encontre du peuple palestinien : son expulsion dans le but de le déraciner de ses villages, de ses villes et de ses foyers.  800 000 Palestiniens ont été ainsi expulsés et dispersés dans les pays de l’exil. Des milliers de colons étrangers ont été amenés des quatre coins de la terre pour constituer, sur le sol de la Palestine, une entité raciste et un odieux État religieux.

70 ans se sont écoulés et l’ennemi sioniste, appuyé par les forces colonialistes et impérialistes, au premier rang desquelles les États-Unis, exerce les plus odieuses formes du terrorisme d’État et du crime organisé contre le peuple palestinien, conduisant ainsi une guerre d’épuration ethnique en vue de la liquidation de la question palestinienne et de l’élimination de la présence palestinienne, tant sur le sol de la Palestine historique que dans les camps de réfugiés et les pays de l’exil.

70 ans se sont écoulés et le peuple palestinien poursuit l’épopée de son héroïque combat contre les plus puissants moyens de terrorisme, de répression et de racisme. Il a levé bien haut la bannière du combat national et présenté des centaines de milliers de martyrs, de blessés et de prisonniers qui ont écrit avec leur sang des exemples éternels de lutte, de sacrifice et de résistance. Ils se sont opposés à toutes les tentatives visant à effacer leur existence, à nier leurs droits légitimes et leur juste cause.

70 ans et le peuple palestinien ne cesse d’innover dans le domaine des méthodes de lutte et des outils, tant pacifiques que militaires, pour combattre le projet sioniste. Aujourd’hui, alors que le reflux du militantisme, le recul et la compromission affichés des régimes arabes et des forces politiques obscurantistes sont à leur apogée, les masses palestiniennes inventent une forme nouvelle de lutte qui a remis la question palestinienne au centre des préoccupations nationales, arabes et mondiales. Elles ont unifié leurs forces et, dans leur sillage, elles ont aussi unifié les peuples arabes et tous les hommes libres grâce à « la Grande marche du retour ». Des millions de personnes se sont jointes à cette Marche ainsi que toutes les forces progressistes, aussi bien au niveau arabe qu’international. Ces personnes et ces forces affirment que le retour est un droit fondamental palestinien que nul ne peut faire oublier ou annuler, malgré la puissance des pioches de la démolition et des marteaux de la trahison, et en dépit des arrangements de démission et d’abandon, des techniques de destruction des consciences et des travestissements de l’histoire. Ce qui est de nature à mettre en échec tous les projets de pénétration sionistes et colonialistes.

70 ans se sont écoulés depuis le crime du siècle et au cours desquels l’ennemi sioniste, conforté par les forces colonialistes, impérialistes et réactionnaires arabes, a cru que le cours de destruction des consciences, de la normalisation de la mémoire et du travestissement de l’histoire avait enfin porté ses fruits et que l’heure de la récolte avait sonné. Il s’est alors hâté d’exercer des pressions sur l’administration américaine complice dirigée par Trump, sous la férule du lobby sioniste, afin qu’elle reconnaisse Jérusalem comme capitale unifiée et éternelle de l’entité sioniste et y transfère son ambassade. Mais le peuple palestinien et avec lui tous les hommes libres de la nation arabe et tous les hommes se sont soulevés pour démontrer que la cause palestinienne est constamment présente dans leur conscience et que la Palestine est un droit inaliénable, et qu’il n’est pas question de l’abandonner, quels que soient les sacrifices, et quelle que soit la vigueur des manœuvres des comploteurs.

L’UGGT, tout en commémorant le soixante-dixième anniversaire de la Nakba avec le peuple tunisien, la nation arabe et l’humanité, s’incline devant les dizaines de victimes tombées hier alors qu’elles s’opposaient à la décision américaine.

L’UGTT salue les héros et les centaines de blessés palestiniens et renouvelle sa position constante au sujet de la question palestinienne en affirmant que :

  • le droit au retour du peuple palestinien ne saurait devenir caduc du fait de l’obsolescence et de la fuite du temps et qu’il n’y a pas d’alternative à l’application des résolutions de l’ONU, et tout particulièrement de la résolution 194 relative au droit au retour et aux compensations ;
  • la résistance palestinienne sous toutes ses formes et dans le cadre de l’unité intérieure palestinienne est la seule voie de lutte pour battre la multiplicité des projets essayant de liquider le problème palestinien et de nier le droit au retour des Palestiniens ;
  • la décision de l’administration américaine de transférer son ambassade à Jérusalem foule aux pieds les droits des peuples à l’autodétermination et est une violation du droit international, ainsi qu’un déni du droit des Palestiniens à un État indépendant ayant comme capitale Jérusalem ;
  • les tentatives pour instituer un seul et unique référent dans la question palestinienne n’ont pu atteindre ce niveau excessif de vanité sans la faiblesse, l’atonie et la complicité que vivent les pays arabes, dont les décisions sont hypothéquées par les cercles colonialistes et les forces impérialistes outre leur appartenance à des axes, leurs divisions entre blocs régionaux et internationaux et leur préoccupation à s’entretuer.

L’UGGT appelle le gouvernement tunisien à rejeter cette décision, à la dénoncer, à œuvrer avec les autres pays arabes, la communauté internationale, les forces démocratiques et progressistes et les syndicats pour faire pression afin qu’elle ne se réalise pas.

L’UGTT exhorte le peuple tunisien ainsi que le peuples arabes à s’opposer à cette décision et à élargir le cercle des protestations et du rejet populaire jusqu’à son invalidation, tout comme elle exhorte à poursuivre le soutien au peuple palestinien par le biais de toutes les formes de boycott de l’entité sioniste raciste et le refus de la normalisation avec elle ; l’UGTT demande l’accélération de la mise en place d’une initiative législative pour voter la loi de criminalisation de la normalisation avec l’entité sioniste.

L’UGTT annonce son soutien au mouvement Boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) et son adhésion à ses activités les plus importantes de boycott de l’entité sioniste.

Le Secrétaire général

Noureddine Taboubi

 

Traduit de l'arabe par MLB & MV pour TACBI