Les Tunisiens réclament du gouvernement qu’il interdise l’entrée d’un cargo lié à Israël

Soumis par admin le ven 03/08/2018 - 13:27
Cornelius A
Auteur

Militants et syndicats de Tunisie réclament que leur gouvernement empêchent un navire cargo affrété par Israël d’accoster dans le port de Radès.

Il est prévu que le navire Comelius A arrive dans les jours qui viennent dans ce port tunisien.

La bateau est sous pavillon turc, mais semble naviguer pour le compte de la compagnie maritime israélienne Zim.

D’’après le programme du site internet de Zim, ce porte conteneurs pourrait avoir déjà fait escale à Radès en juillet – bien qu’il semble avoir échappé au préavis des militants. Mais ceux-ci veulent que les futures escales du navire soient annulées.

« Il serait vraiment scandaleux d’autoriser ce bateau à accoster à Radès, spécialement depuis dimanche dernier où [la] marine israélienne a intercepté la Flottille de la Liberté dans les eaux internationales », a déclaré cette semaine TACBI, Campagne Tunisienne pour le Boycott Académique et Culturel d’Israël.

Le week-end dernier, les forces armées israéliennes ont pris d’assaut et réquisitionné le Al Awda, l’un des deux bateaux transportant des militants, des journalistes et du matériel médical dans un effort pour briser le blocus maritime de la Bande de Gaza.

Mercredi, l’UGTT, principale fédération de travailleurs de Tunisie, a décrit comme « dangereuse » la nouvelle de l’arrivée à Radès du bateau lié à Israël

« Les autorités doivent faire cesser cela puisque nous n’avons aucune relation avec cette entité usurpatrice et nous demandons à tout le monde de récuser cette normalisation camouflée », a ajouté l’UGTT.

Sami Tahri, secrétaire général adjoint de l’UGTT, a dit mercredi à une radio locale que la fédération de travailleurs avait demandé au gouvernement de « vérifier » les informations concernant le bateau et de faire ce qu’il faut pour l’empêcher d’accoster. Il a dit que le gouvernement n’avait pas réagi aux requêtes urgentes de l’UGTT.

La Turquie est évidement embarrassée par cette affaire. Son ambassadeur à Tunis, Omer Faruk Dogan, a posté une déclaration sur Twitter, accusant TACBI et l’UGTT de « tenter de répandre des impressions erronées ». « Les profondes relations turco-tunisiennes ne seront pas influencées par des informations qui essaient de manipuler », a ajouté Dogan.

Dogan a posté la photo d’une lettre qu’il a écrite à la direction de l’UGTT, protestant contre sa déclaration. Il a aussi posté une déclaration de l’OMPP – l’autorité portuaire tunisienne – affirmant que Comelius A est un navire turc gouverné par la compagnie maritime Arkas sur un itinéraire régulier qui fonctionne depuis trois ans.

Mais ce n’est pas toute la vérité puisque Comelius A figure sur le programme officiel de Zim.

Le site web de Zim propose des trajets entre Haïfa, port de l’Israël d’aujourd’hui, et Radès, qui utilise le port espagnol de Valence comme point de transfert de marchandises et Comelius A comme l’un de ses bateaux transporteurs.

Le site web de Zim de la ligne maritime israélienne Zim montre des escales du porte-conteneur Comelius A dans le port tunisien de Radès.

Par ailleurs, Zim et Arkas sont  connues pour faire marcher un « accord de partage de vaisseaux » sur d’autres lignes de fret. Il semble donc que Zim utilise Arkas pour avoir accès aux ports qui, autrement, seraient fermés à ses propres bateaux.

Cette indignation en Tunisie n’est pas la première où des militants ciblent Zim.

En 2014, des organisateurs qui travaillaient avec les syndicats de travailleurs des Etats Unis sous la bannière de la campagne Bloquez le Bateau ont crié victoire après avoir obligé Zim à annuler l’arrivée de ses bateaux dans le port d‘Oakland.

Publié initialement le 2 août 2018 dans The Electronic Intifada

Traduit par J. Ch. pour TACBI